Château d'Ilbarritz, Bidart, France - Résidence 2 au 20 Juin 2015

TERRITORIAL PISSINGS
Intervention et installation - Surface env. 100m2 : murs, sol et plafond
Bas-relief, pigments naturels, acrylique, pastel, fils de fer, poussière, papier...

PRÉALABLE
L’invitation à travailler dans et sur les murs du Château d’Ilbarritz, en préambule de l’événement Castle in Flowers célébrant un nouvel avenir pour le Château (formidable édifice construit par l’architecte Gustave Huguenin pour le Baron de l’Espée récemment acquis par Bruno Ledoux), est le préalable de cette immersion artistique, la relecture de la biographie «Albert de l’Espée» (éd. Atlantica) par Christophe Lurashi en est le point d’appui.

RÉSIDENCE-PERFORMANCE
Lieu de résidence personnelle du Baron et lieu de résidence de l’artiste se juxtaposent. L’espace est atelier, l’espace devient œuvre : l’un et l’autre interagissent dans une dialectique ponctuelle, une continuité extra-narrative ordonnée à partir de choses qui ont existé pour elles-mêmes: une succession de fragments poétiques inspirés des remous de la vie d’Albert de l’Espée et de la poésie ineffable du Château. L’approche plastique s’adapte à la physionomie “en l’état“ des murs centenaires, convoquant dessin, bas-relief, peinture, et installation. Durant près de trois semaines (et près de 150 heures de travail) y naît une matière de la matière : le plâtre des murs est fouillé à vif...les murs deviennent témoins d’une part, et supports d’interrogations d’autre part. L’espace architectural est “dilaté“, “augmenté“ par la mémoire, l’expérience et le questionnement. Sur une surface totale de près de 100m2 (entre sol, murs et plafond) advient une situation de dialogue avec le visiteur sur son propre rapport au territoire, au temps, au(x) passage(s), et à la musique, entre sentiment exacerbé et imagination “expansée“.

REGARDS CROISÉS
Lors de son séjour au Château, le plasticien livre un journal quotidien (captation audio) à la philosophe praticienne Sophie Geoffrion permettant d’interroger une double vision, intérieure et extérieure, de donner à penser pour la philosophe là où l’artiste donne à voir, à ressentir : croiser les regards pour mieux appréhender les expériences, et en rendre compte.

Remerciements :
Bruno Ledoux, Ora Ito, Sabrina Bellino, Priscilla De Laforcade, Nathalie Chaffron, Guillaume Le Cam, Gheorge Meaun, Sergeu Meaun, Gheorge Stinca, Dan Apachita, Marie Guyot, Marion Koegler.

-
Projet d'édition en cours.