// June 2019 (PRODUCTION WIP) // Franck Cazenave travaille actuellement à la production du projet TALAYATMAC (Take A Look At Yourself And Then Make A Change).


Projet d'exposition (expérience) et rencontres  (+live) avec :
Art Show (experience) and Talks (+live) project with : 
 
ALEXIA BARRIER - SKIPPER
MARIE BASTIDE - AUTEURE, INTERPRÈTE
PEGGY BERGERON - DOCTEUR en SCIENCES & ENVIRONNEMENT
SOPHIE GEOFFRION - PHILOSOPHE PRATICIENNE
DUNE LUNEL - DIRECTRICE ARTISTIQUE
MIREN PRADIER - COMÉDIENNE
BLANDINE RINKEL - ÉCRIVAIN, AUTEURE, INTERPRÈTE
CHLOÉ (THÉVENIN) - PRODUCTRICE, DJ
VIRGINIE SASSOON - DOCTEUR SCIENCES de L'INFORMATION et COMMUNICATION
VIRGINIE TILMONT - JUGE D’INSTRUCTION

Identité Visuelle TALAYATMAC : DUNE LUNEL
DOSSIER COMPLET SUR DEMANDE

SYNOPSIS (ENGLISH)

TALAYATMAC is an artistic project makes necessary “stories“ to try to redefine the new limits of the relation with oneself facing current technological and sociological mutations. This project is an experience based on the prior exchange with ten women: Alexia Barrier, Marie Bastide, Peggy Bergeron, Sophie Geoffrion, Dune Lunel, Miren Pradier, Blandine Rinkel, Virginie Sassoon, Chloé Thévenin, and Virginie Tilmont. The human and artistic narrative of these double stories proposes a process of “identity re-evaluation“, a poetics of changes and reinvention of oneself. To interrogate the mirror is to question the limit issue: the missing image is the object of a quest between reality, imagination and dream, it may be the trace of ourselves that we pursue endlessly.

The artist sent a small mirror (11x11cm) to each guest. On the glass, an “indelible“ trace, organic abstract drawing symbol of our link to the world, “increasing“ the visible and the reflection. The mirror, carefully wrapped, was accompanied by the invitation to participate in TALAYATMAC: the simple request to experience the engraved mirror and to “return“ freely the material of her choice in return. No ideas, subjects of interpretation, calendar, formal instructions, or support were given.

From these experiences is born an original corpus of work: each element collected (writing, photo, music ...) participates in the making of the works, and make the global project as an artwork itself.Each exchange gives life to an “extra-narrative“ and subjective art process, producing nine artworks, nine dialogues between original material sent by the guest and the “material“ conceived by the artist in mirror : a shift from psychological to symbolic which reinforces and illuminates the depth of the expressions delivered.

 
NOTE D'INTENTION (FRANÇAIS)

(...) Un être ne saurait être unique si les autres ne le sont pas. L’être en question ne serait alors qu’un échantillon bizarre. L’unicité de chacun implique qu’elle est un fait universel. (...) François CHENG, De l’âme (Albin Michel 2017)

Les révolutions technologiques ont profondément modifié notre rapport à l’image et changé la société en théâtre des egos questionnant notre rapport intime à l’image, à notre image, à notre identité. Le “selfie“, autoportrait moderne de diffusion massive, en est l’une des manifestations: un “bouclier narcissique“ qui permet “d’être soi-même“.

L’individu est animé par le contrôle d’“une image de soi médiatisée“ mais il est toujours un permanent mystérieux face à une impermanence de l’image qu’est le miroir. Qu’en est-il aujourd’hui du “stade du miroir“ après le “stade du selfie“? Comment rester ou redevenir “sujet“ face à l’IA? Comment préserver l’individuation de chacun face au pouvoir des réseaux sociaux ?

TALAYATMAC est un projet artistique qui ouvre des “fictions“ nécessaires pour tenter de redéfinir les nouvelles limites du rapport à soi face aux mutations technologiques et sociologiques actuelles. Ce projet est une expérience basé sur l’échange préalable avec dix femmes* : Alexia Barrier, Marie Bastide, Peggy Bergeron, Sophie Geoffrion, Dune Lunel, Miren Pradier, Blandine Rinkel, Virginie Sassoon, Chloé Thévenin, et Virginie Tilmont.

Le récit humain, artistique, de ces histoires dédoublées propose un processus de “réévaluation identitaire“, une poétique des changements et des réinventions de soi. Interroger le miroir revient à interroger la question de frontière : l’image manquante est l’objet d’une quête entre réalité, imaginaire et rêverie, elle est peut être cette trace de nous-mêmes que l’on poursuit éperdument.

Franck Cazenave, 2019.

PROCESS TALAYATMAC - Modus operandi
(...)le miroir peut donc devenir un véritable instrument de connaissance, parce qu’il permet un autre regard sur la connaissance elle-même. En effet, passerelle entre deux mondes, entre le plan du connaître et le plan de l’être, le miroir est un véritable «symbole du symbolisme» Guy Michaud. Le thème du miroir dans le symbolisme français

L’artiste a envoyé un petit miroir (11x11cm) à chaque invitée. Sur le verre, une trace “indélébile“, dessin de type organique symbole de notre lien au monde, “augmentant“ le visible et le reflet. Le miroir, précieusement enveloppé, fut accompagné de l’invitation à participer à TALAYATMAC : la demande simple de faire l’expérience du miroir gravé et de “renvoyer“ librement le matériau de son choix en retour. Aucune piste de réflexion, de sujet d’interprétation, de calendrier, de consigne formelle, ou de support.

De ces expériences est né un corpus original de travail : chaque élément recueilli (écrit, photo, musique...) se range du côté de la fabrique des oeuvres, et du projet global en tant qu’oeuvre.

Chaque échange donne vie à une “mise en œuvre“ extra-narrative et subjective par l’artiste, il en résulte neuf œuvres, neuf “dialogues“ entre matière originale envoyée par l’invitée et matière conçue par l’artiste “en miroir“ : un déplacement du psychologique au symbolique qui renforce et éclaire la profondeur des expressions livrées.